Voyage au pays des Mormons: relation, géographie, histoire naturelle, histoire, théologie, mœurs et coutumes, Volume 1

Couverture
E. Dentu, 1860
 

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page xi - fair light, And thou enlighten'd earth, so fresh and gay, Ye hills, and dales, ye rivers, woods, and plains, And ye that live and move, fair creatures, tell, Tell, if ye saw, how came I thus, how here...
Page xxiii - ... silencieusement sa doctrine par six années de retraite et de méditation; il la propage par la seule puissance de la parole et de la persuasion, pendant plus d'un demi-siècle; et quand il meurt entre les bras de ses disciples, c'est avec la sérénité d'un sage qui a pratiqué le bien toute sa vie et qui est assuré d'avoir trouvé le vrai.
Page xxxvii - L'homme n'a des yeux que pour voir des ombres, et la vérité lui paroît un fantôme : ce qui n'est rien est tout pour lui ; ce qui est tout ne lui semble rien. Que vois-je dans toute la nature ? Dieu, Dieu partout, et encore Dieu seul. Quand je pense, Seigneur, que tout l'être est en vous, vous épuisez et vous engloutissez, ô abîme de vérité, toute ma pensée ; je ne sais ce que je deviens : tout ce qui n'est point vous disparoît, et à peine me reste-t-il de quoi me trouver encore moimême.
Page xii - Tell, if ye saw, how came I thus, how here? Not of myself; by some great Maker then, In goodness and in power pre-eminent: Tell me how may I know him, how adore, From whom I have that thus I move and live, And feel that I am happier than I know...
Page xxiii - Je n'hesite pas & ajouter que, sauf le Christ tout seul, il n'est point, parmi les fondateurs de religion, de figure plus pure ni plus touchante que celle du Bouddha.
Page xv - ... avec elle, il lui parlait et entendait sa voix ; cette grande mère, à laquelle il tenait encore par ses artères, lui apparaissait comme vivante et animée. A la vue des phénomènes du monde physique, il éprouvait des impressions diverses, qui, recevant un corps de son imagination, devenaient ses dieux. Il adorait ses sensations, ou, pour mieux dire, l'objet vague et inconnu de ses sensations ; car, ne séparant pas encore l'objet du sujet, le monde était lui-même, et lui-même était le...
Page 315 - Étals-Unis, le peuple est le gouvernement, il est le seul souverain qui doive régner, le seul pouvoir qui doive être obéi, le seul gentleman qui doive être honoré, à l'intérieur comme à l'extérieur, sur terre ou sur mer. Si donc je devenais président des États-Unis par les suffrages d'un peuple vertueux, j'honorerais les anciennes traces des pères vénérés de la liberté, je marcherais dans le sentier des illustres patriotes qui portèrent l'arche du gouvernement sur leurs épaules,...
Page xiii - Topinambous , et beaucoup d'autres petites nations , n'ont point de Dieu: ils ne le nient ni ne l'affirment; ils n'en ont jamais entendu parler. Dites-leur qu'il y en a un , ils le croiront aisément ; dites-leur que tout se fait par la nature dçs choses , ils vous croiront de même.
Page lxvii - ... que nos neveux tendront de plus en plus à ne se diviser qu'en deux parts, les uns sortant entièrement du christianisme, et les autres entrant dans le sein de l'église romaine.
Page 172 - ... des bûcherons qui reviennent de la montagne lourdement chargés de bois, des peigneurs qui cardent la laine, des terrassiers qui creusent des canaux d'irrigation, des tailleurs, des cordonniers, des briquetiers , des potiers , des chimistes qui fabriquent du salpêtre et de la poudre , des meuniers, des scieurs de long, des armuriers qui font ou qui réparent des rifles ; en un mot, toute sorte d'artisans et des travailleurs en tout genre. On ne voit pas d'oisifs ni de désœuvrés.

Informations bibliographiques