Images de page
PDF
ePub

REVUE

SCIENTIFIQU

[blocks in formation]

PROFESSEUR AU COLLEG

AVEC 545 FIGURES INTERCALÉES DANS LE TEXTE

61° ANNÉE

Du 1" Janvier au 31 Décembre 1923

PARIS

E LA REVUE POLITIQUE ET LITTÉRAIRE (REVUE
ET DE LA REVUE SCIENTIFIQUE

286, BOULEVARD SAINT-GERMAIN, 286

1923

[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]
[blocks in formation]

UN EFFORT D'INITIATIVE PRIVÉE POUR LE DÉVELOPPEMENT
DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

La Revue Scientifique a fait connaître l'an dernier à ses lecteurs la donation généreuse de M. Edmond de Rothschild en faveur de la recherche scientifique. Les idées dont il s'est inspiré sont très hautes; il a compris que l'effort scientifique est créateur de richesse et de puissance et qu'il faut l'animer et l'entretenir si l'on veut vraiment alimenter les sources de la prospérité nationale. Il a donné ainsi un noble exemple. Pour la réalisation il s'est adressé aux savants eux-mêmes il a demandé aux grandes institutions scientifiques de nommer leurs représentants dans un conseil qui administre l'œuvre. Aujourd'hui, après une année écoulée, le lecteur apprendra sans doute avec intérêt comment cette œuvre a fonctionné, et quel caractère elle a pris.

Si l'on veut développer la recherche scientifique, il y a une tâche urgente qui s'impose, c'est de former des hommes; aussi le Comité s'est d'abord préoccupé de recruter dans la jeunesse savante et de préparer pour l'avenir une élite de chercheurs. Les conditions économiques après la guerre ont créé une sorte d'insécurité qui accroît dans l'esprit des jeunes gens le souci de la vie matérielle et qui les pousse vers les professions immédiatement lucratives. Et pourtant, à côté des quelques étudiants qu'une vocation décidée appelle vers l'enseignement supérieur, on trouve dans les facultés et dans les grandes écoles des jeunes gens que leurs aptitudes dési

[ocr errors]

gneraient pour entrer dans les laboratoires de recherches. Il y aurait un double intérêt à les y retenir: d'une part accroître en France la somme de travail scientifique et les chances de découvertes, d'autre part former pour l'industrie nationale des esprits de haute culture accoutumés aux bonnes méthodes et ouverts à tous les progrès. C'est là que la Fondation pourra d'abord exercer une action nouvelle et bienfaisante.

Comment choisir ces jeunes gens? Par une sorte de concours sur titres. Et les meilleurs titres sont les avis de maîtres autorisés. C'est sur leurs indications mêmes que le Comité a fait son choix et il a pu distinguer ainsi quelques sujets tout à fait méritants auxquels il assure les moyens de faire un stage dans des laboratoires de recherches. L'un d'eux est un des meilleurs élèves sortants de l'Ecole des Mines, il travaille auprès de M. Le Chatelier. Un second sort de l'Ecole Polytechnique et s'est fait le disciple de M. Moureu. M. Moureu a pareillement adopté un ingénieur sortant de l'Institut chimique de Toulouse. Un jeune homme sorti second de l'Institut de chimie appliquée de Paris avait déjà une situation dans l'industrie; il y a spontanément rénoncé dès qu'il a vu la possibilité de s'adonner à la recherche. M. Simon, qui avait eu l'occasion d'apprécier ses qualités, l'a pris dans son laboratoire au Muséum. Dans notre laboratoire du Conservatoire des

La « Revue Scientifique étant un organe de libre discussion scientifique, les opinions développées dans les divers articles et noles 'n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

« PrécédentContinuer »