Essais de philosophie Américaine: Traduits en français et précédés d'une introduction par Em. Montégut

Couverture
Charpentier, 1851 - 311 pages

À l'intérieur du livre

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page xvii - Un de leurs mérites est de pouvoir créer et penser d'une manière originale au milieu des hommes de génie et après eux. Généralement, de tels hommes suppléent à la puissance par l'originalité; ils ne font pas la gloire d'une littérature, mais ils la prolongent; ils ne font pas faire de grands pas à la société, mais ils continuent à tenir son intelligence en haleine. Ils maintiennent la vie intellectuelle, voilà leur véritable gloire. Dans le môme siècle que Voltaire, Jean-Jacques...
Page 35 - Chaque nouvelle loi, chaque mouvement politique a son sens en vous. Asseyez-vous devant chacun de ces bulletins, et dites : Ici est une de mes pensées ; sous ce masque fantastique, odieux ou gracieux, ma nature de Protée se cache. Cela remédie à la trop grande proximité de nos actions et les jette dans la perspective; et de même que l'écrevisse, le bélier, le scorpion, la balance et le verseau perdent toute bassesse quand ils apparaissent comme signes du zodiaque, ainsi je puis voir mes propres...
Page xvii - Pythagore ne fut pas compris, ni Socrate, ni Jésus, ni Luther, ni Copernic, ni Galilée, ni Newton, ni aucun des esprits sages et purs qui ont pris chair. Être grand est une excellente condition pour n'être pas compris. » Toute autorité extérieure n'a donc aucune raison d'être suffisante, et...
Page liv - L'homme n'ose pas dire : je pense, je sais, mais il fait une citation de quelque saint ou de quelque sage. Il est confus en présence du brin de gazon et de la rose qui s'ouvre. Ces roses qui sont sous ma fenêtre se soucient peu des anciennes roses et des plus belles; elles sont ce qu'elles sont; elles vivent aujourd'hui en présence de Dieu... » L'amour de la vérité ne se rencontre pas seulement chez les esprits religieux, je veux dire chez ceux où le sentiment religieux sort des proportions...
Page xxxv - Nos actes sont nos bons et nos mauvais anges, les ombres fatales qui marchent à nos côtés ' . » BEAUMONT ET FLETCHER La vie avait bien changé pour Honoré depuis le jour où M. de Buivres lui avait tenu, entre tant d'autres, des propos — semblables à ceux qu'Honoré lui-même avait écoutés ou prononcés tant de fois avec indifférence, — mais qu'il ne cessait plus le jour quand...
Page 228 - Chacun, dit Emerson, a le choix entre la vérité et le repos ; prenez celle de ces deux choses qui vous convient, car vous ne pourrez avoir les deux.
Page x - Tel je me figure cet homme remarquable, bien différent (surtout quant à la faculté de l'improvisation) de son éditeur Carlyle, ardent esprit, qui s'épanche avec une éloquence sibylline, et jette en même temps dans ses éruptions humoristiques la lave précieuse et les cendres, les nuages de fumée, les gerbes d'étincelles, les flammes sulfureuses et la plus pure lumière. Entre ces esprits si différents, il ya cependant de secrètes affinités.
Page xvii - Croyez-en votre pensée, sans vous inquiéter de ce que pensent les autres. Ne redoutez pas non plus de passer pour non persistant dans votre opinion. Vouloir être toujours conséquent avec soi-même, c'est vouloir rattacher par des sophismes ce qui est et ce qui fut. Si vous ne croyez plus à votre opinion d'hier, rejetez-la; si une nouvelle pensée s'offre à vous, acceptez-la.
Page xv - Voilà comment je compren s le sage; Emerson appartient à cette classe de philosophes. Emerson a toutes les qualités du sage : l'originalité, la spontanéité, l'observation sagace, la délicate analyse, la critique, l'absence de dogmatisme. Il rassemble tous les matériaux d'une philosophie sans parvenir à la réduire en système; il pense un peu au hasard et rêve souvent sans trouver de limites bien fixes où s'arrête cette rêverie. La principale qualité du sage, qui est la critique, est...
Page li - ... résultat logique de la négation du divin. Est-il besoin de montrer que la Self-Reliance est, au contraire, l'application des Lois spirituelles à la vie de l'individu? « Qui est l'Appui? demande Emerson. Qui est ce Moi primitif sur lequel la confiance universelle peut se reposer?... La question nous conduit à cette source qui est à la fois l'essence du génie, de la vertu, de la vie, et que nous appelons Spontanéité ou Instinct. Nous désignons cette Sagesse primitive sous le nom d'Intuition,...

Informations bibliographiques